Une Bouteille à la Mer : SOS maman

Je n’habite pas à la mer et pourtant j’y jetterai bien une bouteille SOS (non! pas pour polluer!)…ne dit on a pas qu’internet est un océan d’information et de connexion?

Peut être que ma bouteille trouvera écho…

J’ai toujours voulu être une « bonne maman », une maman qui écoute, avec qui on joue, qui ne crie pas, ne tape pas , toujours de bonne humeur, fraiche, disponible et qui s’est entretenir la maison, faire des bon petit plat etc…D’où je tiens se modèle? je ne sais pas, un idéalisme puisque moi, je n’ai pas eu de maman.

Mais je suis à cent mille lieu de cet idéal, je suis même au contraire de tout ce que je souhaitais, de celle que j’aurai aimé être…et aujourd’hui encore plus que tout.

J’ai un petit garçon de 3 ans 1/2 (chaton) et un bébé de neuf mois (belette), et aujourd’hui, j’en suis venu à penser que j’aurai mieux fait de jamais devenir maman. Mon garçon était une crème, un amour , toujours souriant et agréable jusqu’à 17 mois. Il a découvert ensuite le pouvoir du non, les colères…etc…mais on arrivait encore à gérer, plus ou moins. Depuis la naissance de sa soeur, les choses n’ont fait qu’empirer et là, on est a un point de non retour. Tout, absolument tout est sujet à colère. Se lever, s’habiller, manger, aller à l’école, revenir de l’école…tout et rien sont des prétextes à la colère…et moi je suis à bout. Je ne sais plus quoi faire. On a pris RDV chez le psy via le centre médico social mais il faut 1mois 1/2 d’attente même pour une urgence…encore 3 semaines à attendre…au secours!!!

Pourquoi j’écris aujourd’hui alors que ça fait des mois que cela dure? Parce que j’ai atteint le summum de se que je ne voulais pas devenir. Aujourd’hui, il a fait une colère en se levant, pour déjeuner, pour s’habiller…pendant plus d’une heure il a hurler sur moi, son père (heureusement pas sur sa soeur), bref à bout de nerf il s’est pris une grosse fessé…je m’en suis voulue mais ça n’a rien changé. Ce midi, même chose, il ne voulait pas rentrer, pas mettre son manteau en sortant de l’école, pas rentrer dans la voiture, pas sortir de la voiture…et moi encore à bout de nerf, je l’ai pris de force pour rentrer, je lui ai demander de rester dans sa chambre se calmer mais il a continuer à me poursuivre en m’hurlant dessus et j’ai encore craquer et lui ai mis une claque, pas une petite tape, une vrai claque qui a laissé une trace…et j’ai fondue en larme. Même encore maintenant je fonds en larme. Je n’en peux plus, je ne peux plus le regarder sans fondre en larme. J’ai peur de mon fils (et honte de le dire)

Vous allez me dire de prendre rdv chez le psy et le docteur pour ma dépression…c’est fait, je suis sous médoc depuis janvier. Mais ça ne change rien au fait que je me sente si mal. Je ne peux plus le voir sans angoisser, sans avoir peur qu’il fasse une colère. On a tout essayer, les punitions, le coin, la télé, les jeux enlevé,l’ignorance, même les œufs de pâques, les lectures d’éducation « bienveillante », on a tout essayer… et je culpabilise d’être une mauvaise mère.

Il y a le baby blues, la dépression post-partum mais y’a t’il un nom quand il s’agit de l’aîné ? Je n’ai aucun soucis avec mon bébé, c’est même mon rayon de soleil, elle me permet de tenir le coup et de ne pas tout quitter même si j’en arrive a penser à ça tout les jours…mais je l’emmènerais avec moi. Et voilà, je pleure, je me trouve horrible de penser ça et encore plus de l’écrire.

J’entends les échos de certaines maman qui s’affoleront en me lisant, oui je suis une mauvaise mère, oui j’ai frappé mon fils, oui je n’arrive plus à gérer ses colères, oui je suis dépressive, oui je ne peux plus regarder mon fils sans angoisser, oui il le ressent aussi surement, oui l’éducation bienveillante », NON à la gifle et à la fessé que ça devrait être interdit par la loi…etc…je le sais tout ça, et je culpabilise encore plus, surtout quand sur les réseaux sociaux on est submergé de tout ses messages qui nous disent « éducation bienveillante », « écoute ses sentiments », la « fessé c’est interdit », « je comprends pas que tu y arrive pas », « c’est pas comme ça » bref, tous les messages qui te font penser que tu es vraiment nul à chier.

Je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi dire…je jette une bouteille à la mer de la blogosphère parce que ça fait du bien d’écrire et que ça assèche mes larmes…

bouteille_011-2

Publicités

8 réflexions sur “Une Bouteille à la Mer : SOS maman

  1. Ton récit me touche beaucoup. Je suis de tout cœur avec toi. Tu vis une situation qui fait écho à une mauvaise période que j’ai vécu il y a quelques temps. Et je suis persuadée que c’est le lot de beaucoup de parents. Impossible d’être un parent parfait. Les grands poncifs sur l’éducation sont souvent lâchés par des personnes qui n’élèvent pas eux-même leurs propres enfants. D’après ce que je lis, tu fais déjà tout ce qui est en ton pouvoir pour régler la situation. Ça fait de toi une bonne mère. Le seul conseil que je peux te donner; et cela n’est malheureusement pas une solution miracle; c’est de ne pas te laisser abattre. Ton chaton va le ressentir et, bizarrerie des choses, va tout faire pour envenimer la situation. C’est sa façon de te montrer sa désarroi face à cette situation. Bon courage à toi et ta famille.

    J'aime

  2. Coucou
    Je pense qu’on est beaucoup à vivre des moments difficiles, plus ou moins. Certaines brisent l’omerta à ce sujet : y’a le bouquin de Stéphanie Allenou (je l’ai lu y’a quelque temps, c’est assez flippant), ou le blog des mamans testent, où elle a vécu des moments difficiles avec sa dernière. Sa façon d’écrire ses soucis de maman et d’en rire, c’est chouette.

    Souvent on entend que l’on se construit en opposition ou à l’identique de ses parents; toi tu n’as pas de modèle. Alors comment faire ?

    Je te souhaite de trouver les solutions qui vous conviennent à tous. Une amie a traversé un peu les mêmes choses avec sa fille (crise sur crise sur crise), la pédopsy a bien aidé. Dans son cas il y avait possiblement une histoire de précocité.

    Ici dans un autre genre notre 5 ans bégaye depuis quelques temps. Ben ça calme un peu de s’entendre dire de lâcher et d’être plus cool (je pensais qu’on était déjà des parents plutôt pas trop sur son dos et bienveillants !)

    Enfin il faut reconnaître que passer plus de temps à rire ensemble, résister à l’envie de hurler « nan tu es trop grand pour un biberon/une tétée etc… » mais prendre le temps de dire : « ah, tu avais vraiment envie d’un biberon », ça nous a aidés.
    Ainsi que lâcher sur bon nombre de règles, qu’est ce qui est vraiment important ?
    Contrairement à ce que l’on entend souvent, on attrape pas « froid », on attrape des virus parce qu’un petit copain a éternué à côté, ou que la poignée de porte était contaminée. Personne n’est jamais tombé malade à cause d’un manque d’écharpe ou de manteau. Au pire c’est juste inconfortable alors pourquoi ne pas les laisser juger s’ils ont besoin ?

    Ne pas hésiter à le confier… En congé parental on doit être dispo pour tout le monde mais personne n’est dispo pour nous soulager… De quoi se plaint-on, on est à la maison et on a le temps ?! (ouais… Il paraît !)

    Cf ça : http://www.cranemou.com/2015/03/de-vivre-ma-vie-jai-arrete/
    et ça http://www.elle.fr/Love-Sexe/C-est-mon-histoire/Un-jour-j-ai-quitte-mes-enfants-1190096

    Comme pour la grossesse, l’allaitement, etc… On a plein d’injonctions sur ce que l’on doit faire. mais cpncrètement en pratique à la maison ? C’est pas si simple. Et là dessus y’a aucune aide.

    Et quand on est pas bien on a tendance à croire que c’est tellement mieux ailleurs, que c’est tellement plus facile… Et ça je t’assure c’est faux ! Avoir une belle vie, ce n’est pas avoir une vie sans problèmes, c’est les surmonter, et tu mets tout en œuvre pour. Rien qu’en ça tu es une super maman.

    Plein de courage pour la suite !

    J'aime

    • Merci beaucoup de ton soutient. Ma bouteille a la mer a trouvé écho et ça me fait vraiment du bien. Les liens que tu m’a envoyé c’est vraiment ça, je n’arrête pas de penser qu’il faut que je parte un peu, que j’aille respirer, mais je n’y arrives pas, j’ai peur de tout perdre…et puis on a pas franchement les moyens de payer une nounou pour les 2 loulous. les vacances commencent se soir, j’ai hâte, car vendredi prochain je dépose les enfants dans la famille a Pétaouchnok (c’est le problème de ne pas avoir de famille a côté) et j’aurai 4 jours rien que pour moi à la maison…sauf qu’il y aura le ménage et tout le tintouin à faire aussi. Je rêves de partir en voyage…mais j’ai peur de me retrouver face a moi même. En tout cas merci beaucoup…ça va trotter dans ma tête et peut être que je finirai par sauter le pas moi aussi

      J'aime

  3. Ah et puis lâche sur les trucs pas importants, on s’en fout si le pyjama y’a une tite tâche, ou que toutes les purées soient bio et home made et tout le tintoin, et puis les repas pâtes knackies les enfants adorent et c’est vite prêt… c’pas bien grave et toutes les mamans le font de temps en temps !

    J'aime

  4. Depuis ton message ici aussi je realise ça va pas fort… J’en peux plus de passer après tout le monde, que tout le monde entre chez moi comme un moulin à vent, sans prévenir, sans frapper. Hier ma mère qui se fait payer le café, après que j’ai passé ma matinée à courir ( à décathlon, grosses courses, mangé vite fait un sandwich). Avant qu’elle aille chez le coiffeur, moi ca fait juste 10 mois que je suis pas allée, je voulais aller avant ma reprise, meme pas pu. Mon père ensuite qui a réveillé Louise en gueulant comme un putois,  » ah mince je l’ai réveillée »  » … »
    La petite voisine qui est rentrée dans le jardin 3-4 fois, sa mère protestant mollement… sa mère nous infligeant ensuite sa logorrhée habituelle, nous sommes entourés de personnes ne parlant que d’elles mêmes et c’est juste usant.
    Et dimanche dernier les crêpes pour les BP, avec le sourire bien sûr !
    Les mamans de l’école avec qui c’est pas si simple de briser la glace.
    Ma table est un vaste chantier de projets de couture et de bijoux pas finis, j’ai un putain d’ourlet de rideau qui traine depuis des jours parce que j’ai pas 30 fucking minutes pour le faire, les fournitures que j’ai acheté il y a 2 jours ont déja disparu…
    Avec ça je me suis fait embarquer dans un truc bénévole avec une nana désorganisée au possible, qui me pose 30 fois les mêmes questions, et voudrait bien ne rien faire, et se plaint de ses problèmes de santé.
    Bref je suis contente de reprendre la semaine prochaine parce que j’aurais 2h de pause le midi. 2h sans la responsabilité de personne, 2h sans etre interrompue toutes les 8 secondes, pour nager, dormir ou juste… ne rien faire.

    J'aime

    • Oh comme je te comprends ! Je te souhaite tous pleins de courage aussi, moi j’ai qu’une hate c’est de déposer la semaine prochaine les enfants et d’avoir du temps pour moi (sauf que j’ai déjà une journée de gâcher parce que je fais partie d’une commission petite enfance et que y’a réu toute la journée se jour là!)…mais bon il me restera 2 jours/3 ou je pourrai dormir, glander, manger se que j’ai envie et pas faire à manger pour toute a famille…shopping? ciné? du temps pour moi. Je te souhaite cela aussi, du temps rien que pour toi. bisouxxx et courage

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s